Muscles iliaques externes

Please wait while flipbook is loading. For more related info, FAQs and issues please refer to DearFlip WordPress Flipbook Plugin Help documentation.

 

Première couche.

M. GRAND FESSIER (m. glutaeus maximus) (fig. 258). C’est un muscle puissant, formé de faisceaux épais; il constitue la partie essentielle de la région de la fesse. Il naît d’une petite partie de la face externe de l’ilion, en dehors de la ligne courbe supérieure et au-dessus de l’épine iliaque postérieure et supérieure. Il naît ensuite du bord postérieur et externe du sacrum, jusqu’au grand trou sciatique; en celle région il reçoit des faisceaux qui proviennent du feuillet superficiel du fascia lombo-dorsal. D’autres faisceaux d’origine du muscle viennent du ligament tubéroso-sacré ou grand ligament sacro-sciatique, et parfois même il en naît encore de la première vertèbre caudale. Tous les faisceaux d’origine du muscle sont tendineux sur une petite partie de leur étendue. Ils se dirigent parallèlement les uns aux autres, en dehors et en bas, et aboutissent, à la face externe de la cuisse, à un large tendon terminal. La partie supérieure de ce tendon se continue, au-dessus du grand trochanter, avec le fascia lata. Sa partie inférieure va s’insérer à la tubérosité fessière, surface rugueuse du fémur, située au-dessous du grand trochanter. Cette partie du tendon terminal est également unie au fascia lata Dans la station verticale, le grand fessier recouvre la tubérosité de l’ischion; mais quand la cuisse est relevée, fléchie, il est reporté au-dessus de cette tubérosité.

Ce muscle est séparé du grand trochanter par une bourse muqueuse, la bourse trochantérienne (bursa trochanterica), qui descend plus ou moins loin sur le tendon d’origine du vaste externe. Il fait tourner la cuisse dans l’articulation coxo-fémorale. Il a pris chez l’homme un grand développement, qui est en connexion avec l’habitude acquise de tenir le corps dans la station verticale. Chez les Singes il est beaucoup moins développé. Il est innervé par le nerf fessier inférieur.

M.TENSEUR DU FASCIA LATA (fig. 302). Ce muscle, situé sur le côté de la hanche, naît de la crête iliaque immédiatement en dehors de l’épine iliaque antérieure et supérieure. Il constitue un corps charnu, aplati à la surface, et dont les fibres se dirigent, parallèlement les unes aux autres, vers le bas. Ce muscle va s’épanouir dans le fascia lata, en avant du grand trochanter. Le fascia lata lui fournit en outre un feuillet aponévrotique superficiel et un feuillet profond, qui tapisse la face profonde du muscle. Le fascia lata se comporte comme s’il était le tendon terminal du muscle, grâce à sa nature aponévrotique à la face externe de la cuisse.

Le fascia lata se continuant au-dessus de l’articulation du genou jusqu’à la jambe, il en résulte que l’insertion terminale du tenseur se trouve reportée sur la jambe. Ce muscle coopère donc à l’extension de la jambe et à l’abduction de l’extrémité libre du membre inférieur. Il est innervé par le nerf fessier supérieur.

Il est aussi digne de remarque que la partie supérieure du grand fessier, qui va s’insérer au fascia lata, converge vers le tenseur de ce fascia. J’ai plusieurs fois observé un puissant faisceau qui se détachait du tenseur du fascia lata pour aller s’unir au moyen fessier. Il arrive d’ailleurs très souvent que le muscle tenseur n’est que peu séparé, à son origine, du moyen fessier.

Voir également  Muscles abdominaux antérieurs

Deuxième couche

M. MOYEN FESSIER (m. glutaeus médius) (fig. 300). Le grand fessier le recouvre dans sa partie postérieure. Il naît de la partie postérieure et supérieure de la face externe de l’ilion, entre la ligne courbe inférieure et la ligne courbe supérieure, au-dessous de la crête iliaque, jusqu’à l’origine du tenseur du fascia lata. La partie du fascia lata qui repose sur le moyen fessier, et qui est insérée à la crête iliaque, fournit encore à ce muscle des faisceaux d’origine. Ses fibres musculaires convergent et se continuent en un fort tendon terminal, qui s’insère au grand trochanter et descend plus bas à sa face externe.

Le tendon terminal du muscle est séparé de la partie supérieure du grand trochanter par une bourse muqueuse. Parfois le moyen fessier se continue avec la partie profonde du tenseur du fascia lata. Il sert à l’abduction de la cuisse. Il est innervé par le nerf fessier supérieur.

Troisième couche.

M. PETIT FESSIER (m. glutaeus minimus) (fig. 301). Situé tout entier au-dessous du muscle précédent, le petit fessier naît de la face externe de l’ilion, au-dessous de la ligne courbe antérieure dans toute la partie de cette face située au-dessus du sourcil cotyloïdien. Les faisceaux d’origine postérieurs du muscle partent du voisinage de la grande échancrure sciaique. Ses faisceaux antérieurs proviennent du voisinage de l’épine iliaque antérieure et supérieure. Toutes les fibres du muscle convergent en dehors et en bas et se continuent en un tendon terminal, qui prend naissance à leur surface et qui va s’insérer dans une fossette située à la face interne du grand trochanter.

Les faisceaux d’origine antérieurs du petit fessier sont assez fréquemment unis au moyen fessier. Ces deux muscles sont, en ce point, incomplètement séparés. Ces rapports nous montrent que ces muscles sont congénères, ce que prouve également d’ailleurs leur insertion terminale. Le petit et le moyen fessiers forment un groupe spécial avec le tenseur du fascia lata.

Dans son trajet au-dessus de la capsule de l’articulation coxo-fémorale, le tendon du petit fessier est uni à cette capsule par du tissu fibreux. Ce muscle agit donc comme tenseur de la capsule articulaire. Il exerce en outre aussi la même action que le moyen fessier. Il est innervé par le nerf fessier supérieur.

Les autres muscles de cette couche apparaissent déjà, lorsque l’on a enlevé le grand fessier; toutefois les insertions terminales de quelques uns d’entre eux ne sont visibles qu’après avoir enlevé le moyen fessier. En raison de leur fonction, on a désigné ces muscles sous le nom de MUSCLES ROTATEURS DE LA CUISSE.

M.PYRAMIDAL (m. piriformis) (fig. 301).

Ce muscle est en rapport avec le bord inférieur du moyen fessier. Il naît dans le petit bassin, à la partie externe du sacrum. Ses faisceaux d’origine proviennent de la face antérieure des apophyses latérales des deuxième, troisième et quatrième vertèbres sacrées, ainsi que du bord externe des deuxième, troisième et quatrième trous sacrés antérieurs.

Les fibres se rapprochent légèrement les unes des autres pour former un corps charnu aplati, qui passe par le grand trou sciatique et qui est généralement renforcé encore par des faisceaux d’origine provenant du bord supérieur de l’échancrure sciatique. Le corps charnu se rétrécit en même temps que se forme son tendon terminal Il se dirige en dehors et va s’insérer à la face interne du grand trochanter.

Voir également  Muscles des membres

Ce muscle divise le grand trou sciatique en une partie supérieure et en une partie inférieure, qui donnent passage à des vaisseaux et des nerfs, sortant du petit bassin.

Il est parfois divisé en deux faisceaux par le nerf sciatique poplité externe (nervus peroneus).  Son tendon terminal s’unit à la capsule de l’articulation coxo-fémorale et parfois aussi au tendon du petit fessier. Ce muscle fait tourner la cuisse en dehors. Il est innervé par une branche du plexus sacré.

M. OBTURATEUR INTERNE (m. obturator internus) (fig. 301). Ce muscle comprend un faisceau volumineux, qui prend naissance dans le petit bassin, et deux chefs accessoires, situés en dehors du petit bassin, et désignés sous le nom de muscles JUMEAUX. Le chef principal, ou obturateur interne proprement dit, naît du pourtour interne du trou obturateur, de la membrane obturatrice jusqu’au voisinage du canal obturateur, ainsi j que de la partie antérieure et supérieure de la face interne de l’ischion 1 jusqu’à la grande échancrure sciatique. Ses faisceaux convergent vers la petite échancrure sciatique, en s’appliquant contre la majeure partie delà face interne de l’ischion. Là ils se continuent avec le tendon terminal du muscle qui, avec une partie charnue, se dirige en dehors, en passant au-dessus de la surface, recouverte de cartilage, de la petite échancrure sciatique, et va s’insérer à la face interne du grand trochanter.

A sa sortie du petit trou sciatique, le tendon terminal de l’obturateur interne reçoit les deux jumeaux, que l’on doit considérer comme des parties primitivement unies à l’obturateur interne et formant alors avec lui un muscle unique, situé en dehors de la cavité du petit bassin. De ce muscle, un faisceau important, l’obturateur interne proprement dit, a fini par prendre ses origines dans la cavité du bassin, c’est-à-dire qu’il a immigré dans cette cavité, tandis que les deux autres faisceaux plus grêles, les deux jumeaux, sont restés en dehors. Le JUMEAU SUPÉRIEUR (gemellussuperior) naît de la face externe de l’épine sciatique, passe en dehors et s’unit au tendon terminal de l’obturateur interne. Le JUMEAU INFÉRIEUR (gemellusinferior) prend son origine à la limite inférieure et externe de la surface, recouverte de cartilage, de la petite échancrure sciatique ainsi qu’à la tubérosité de l’ischion. Il s’unit à la face inférieure du tendon terminal commun, qu’il recouvre en partie.

Le tendon terminal de l’obturateur interne qui court au-dessus de la petite échancrure sciatique. a, au-dessous de lui, une bourse muqueuse, qui se prolonge vers la face interne de l’ischion. Les faisceaux d’origine des deux jumeaux s’unissent parfois pour former une gouttière, dans laquelle se loge le tendon terminal de l’obturateur interne proprement dit. Il arrive assez souvent que l’un des deux jumeaux fait défaut, ou bien que le tendon terminal commun est divisé. L’action de ce muscle est la même que celle du pyramidal. Il est innervé par le plexus sacré.

M, CARRÉ CRURAL (m. quadratus femoris) (fig. 300). Il est situé immédiatement au-dessous du bord inférieur du jumeau inférieur. Il naît, en dehors, à la tubérosité de l’ischion, et ses faisceaux, parallèlement disposés, se dirigent transversalement au-dessus du fémur, où ils vont généralement s’insérer en dehors de la ligne intertrochantérienne. Le petit trochanter est situé juste au bord inférieur du muscle. Le carré crural fait également tourner la cuisse en dehors et il est aussi innervé par le plexus sacré.