Fontanelles et os intercalaires

 

 

Les os de revêtement de la voûte du crâne ne procédant chacun que d’un seul point d’ossification, il en résulte que la voûte osseuse du crâne n’est pas complète au début. Les os frontaux et les pariétaux s’accroissent vers la périphérie en procédant des bosses frontales et pariétales, qui correspondent aux points où apparaissent leurs centres d’ossification, ils finissent par se juxtaposer. Le même phénomène se produit au niveau e l’interpariétal, qui sert à former l’écaillé du temporal. Les ébauches les ces différents os sont donc primitivement séparées les unes des autres par des espaces intermédiaires membraneux. Plus tard, lorsque les os se touchent sur une étendue plus considérable, le long de leurs sutures, il persiste encore entre eux des espaces membraneux. Ces espaces correspondent aux points de la périphérie des os qui sont les plus éloignés u lieu de formation de leur centre d’ossification. On désigne ces parties non ossifiées e la voûte du crâne sous le nom de fontanelles.

A leur niveau on peut observer les pulsations des artères du cerveau. Deux l’entre elles ont une importance pratique plus considérable. Ce sont : 1° la fontanelle frontale ou grande fontanelle, située entre les eux pariétaux et les deux frontaux ; elle est généralement plus étendue entre les deux frontaux; la fontanelle occipitale ou petite fontanelle, qui se trouve entre l’interpariétal ;t l’angle postérieur et supérieur des pariéaux; elle est triangulaire et plus petite que a précédente. En général elle est déjà très réduite chez le nouveau-né, tandis que la grande fontanelle ne disparaît qu’après la naissance, le plus souvent pendant la première année de la vie.

La fermeture des fontanelles a lieu avec le développement des angles correspondants des os. Elle se fait de la même manière que l’accroissement de ces os. Les fontanelles permettent un certain déplacement des os de recouvrement du crâne et pendant l’accouchement les bords des os qui les délimitent peuvent, grâce à leur existence, e rapprocher les uns des autres, ce qui diminue un peu le diamètre du crâne.

Indépendamment des fontanelles que nous venons de mentionner il en existe deux plus petites, sur chacune des faces externes du crâne. L’une d’entre elles est la fontanelle sphénoïdale (fig. 191, c); elle est située a l’angle antérieur et inferieur du pariétal .L’autre, la fontanelle mastoïdienne (fig. 191, d) ou fontanelle de Casserius , est située a l’angle postérieur et inferieur du pariétal . La fontanelle mastoïdienne disparait plus tôt  que l’autre. Chez le nouveau-né ces deux fontanelles sont ou bien très un peu considérables, ou bien complément fermées.

Le développement des os de recouvrement du crâne se fait par foration de petites crêtes osseuses, qui s’irradient vers la périphérie. Entre les parties osseuses déjà formées en apparaissent de nouvelles, bien il se forme, en dehors du bord d’accroissement de l’os, des pièces osseuses distinctes qui se fusionnent plus tard avec la pièce principale.

Ce fusionnement des pièces osseuses nées isolément n’a cependant pas toujours lieu et il arrive alors que ces pièces restent indépendantes et constituent de petits fragments d’os, isolés entre les dents des sutures.

Voir également  Structure des articulations

On trouve régulièrement de ces fragments dans la suture occipitale. Lorsqu’elles se forment ‘à une période reculée du développement, ces petites pièces osseuses peuvent s’accroître sans se souder aux os voisins. L’on trouve alors dans les sutures des os distincts, relativement volumineux et articulés par suture dentée avec les os voisins. Ce sont ces os que l’on désigne sous le nom d’os intercalaires ou os wormiens. Lorsqu’il se forme de tels os au niveau des fontanelles, on les appelle os DES FONTANELLES.

Les os intercalaires présentent, au triple point de vue de leur nombre, de leurs dimensions et de leur lieu de formation, des rapports très divers. Dans la suture occipitale on les rencontre fréquemment en grand nombre, de telle sorte que les os qu’ils séparent paraissent divisés en de nombreux fragments plus ou î moins volumineux. Très fréquemment les os wormiens sont disposés symétriquement, c’est-à-dire qu’à un os de droite correspond un os du côté gauche, disposé de la même façon Les os des fontanelles sont ceux qui atteignent les dimensions les plus grandes Lorsqu’il s’en forme un dans la fontanelle occipitale, il peut prendre une extension considérable aux dépens de l’interpariétal; il peut même arriver à représenter à lui i seul tout l’interpariétal. Il se forme aussi parfois des os intercalaires, dans beaucoup de points des articulations des os de la paroi du nez ou de la région i maxillaire. Ils sont cependant plus rares que ceux de la voûte du crâne. Les os des fontanelles atteignent parfois la même grandeur que les fontanelles elles-mêmes et présentent des dispositions diverses, au point de vue de leur nombre et de leur forme.