Tissu cartilagineux

Please wait while flipbook is loading. For more related info, FAQs and issues please refer to DearFlip WordPress Flipbook Plugin Help documentation.

 

Ce tissu, qui -se rapproche beaucoup du tissu conjonctif proprement dit, montre une disposition de ses éléments constitutifs, en apparence très simple. Ces cellules sont généralement arrondies ou ovoïdes ; plus rarement elles sont pourvues de prolongements ramifiés, que l’on rencontre surtout dans le cartilage des animaux inférieurs.. La substance intercellulaire ou fondamentale, lorsqu’on l’examine superficiellement, paraît plus ou moins homogène, assez consistante et rarement pourvue de fentes ou de lacunes, comme il en existe entre les faisceaux de fibrilles du tissu conjonctif proprement dit. Par coction, elle se transforme en chondrine. Dans le cartilage jeune, la substance fonda- mentale est répartie autour des différentes cellules, auxquelles elle forme des gaines d’enveloppe ; elle devient progressivement plus abondante et en même temps les cellules cartilagineuses s’écartent davantage les unes des autres.

Il est souvent très facile de voir comment s’est formée la substance fondamentale du cartilage, chaque cellule se trouvant entourée d’une couche de cette substance, qui lui forme une sorte de capsule.

Dans le tissu cartilagineux jeune, les capsules se trouvent en contact les unes avec les autres, bien qu’elles soient cependant plus ou moins nettement séparées entre elles (fig. 71). Dans le cartilage plus âgé, on distingue souvent une stratification de la capsule, ce qui prouve que la différenciation du protoplasme des cellules en substance intercellulaire a lieu progressivement. Les couches les plus anciennes, c’est-à-dire les plus externes, se transforment en une substance fondamentale homogène. L’accroissement du cartilage a lieu par division des cellules et par multiplication de la substance intercellulaire. Les produits de division des cellules, c’est-à-dire les cellules-filles, siègent primitivement dans une cavité commune de la substance fondamentale. Peu à peu autour de chaque cellule il se forme une capsule, ou bien la substance intercellulaire nouvellement formée se fusionne avec celle qui existait au préalable. Dans l’un comme dans l’autre cas, les cellules-filles sont séparées les unes des autres par de la substance intercellulaire. Ce phénomène se renouvelant, il en résulte la formation de groupes de cellules cartilagineuses, qui indiquent par leur disposition qu’elles proviennent d’une seule cellule primitive (fig. 72.) La substance intercellulaire étant encore divisée en capsules, on peut, d’après la façon dont se comportent les unes par rapport aux autres les capsules emboîtées, reconnaître la marche du développement progressif du groupe des cellules et de la substance intercellulaire.

Lorsque la division des cellules a lieu suivant une seule direction, il se forme des séries Linéaires de cellules, des colonnes cellulaires, qui indiquent dans quelle direction s’est produit l’accroissement du cartilage.

Bien qu’elle soit devenue différente du protoplasme, la substance fondamentale du cartilage ne doit cependant pas être considérée comme ne manifestant pas de phénomènes vitaux. Les transformations que subissent les capsules cartilagineuses, pendant la multiplication des cellules qu’elles renferment, tendent déjà à le prouver. Ce n’est pas seulement mécaniquement qu’elles s’accroissent à la suite de la division de la cellule qu’elles contenaient, mais elles montrent en outre un accroissement de leur volume. C’est ainsi que, malgré son apparence homogène, la substance fondamentale est en réalité traversée par un système de canalicules très délicats, dans lesquels se trouvent engagés de fins prolongements des cellules cartilagineuses. Il existe donc tout un système de fines ramifications protoplasmiques, qui s’irradient de la surface des cellules cartilagineuses, traversent la substance fondamentale et s’unissent avec des prolongements semblables des cellules cartilagineuses voisines. La grande ténuité de ces ramifications protoplasmiques les soustrait à l’observation par les moyens ordinaires. Cependant le fait que cette union des éléments cellulaires du cartilage est signalée tous les jours par de nouveaux observateurs permet d’admettre qu’il s’agit là d’une disposition générale. Cette structure nous permet de mieux comprendre comment s’opère la nutrition du  cartilage, qui se manifeste par l’accroissement de sa substance fondamentale et par la multiplication et la transformation des cellules cartilagineuses.

Voir également  Tissu conjonctif cellulaire

La substance fondamentale du cartilage étant plus résistante que celle du tissu conjonctif, le cartilage accomplit mieux la fonction de soutien ; aussi le voyons-nous intervenir pour une large part dans la formation du squelette. C’est lui qui constitue l’ébauche ou plutôt le prédécesseur, l’ancêtre du squelette osseux ; il se maintient dans plusieurs parties du squelette et intervient aussi dans la constitution de beaucoup d’autres organes.

Le tissu cartilagineux est une modification du tissu de la substance conjonctive ; comme tel il se trouve en connexion étroite avec lui. Les couches superficielles du cartilage sont mal délimitées et se continuent avec du tissu conjonctif (fig. 73, b), là où le cartilage ne forme pas de surfaces libres comme dans les articulations. La forme des cellules cartilagineuses des couches superficielles se modifie alors ; ces cellules s’étalent davantage. De même la substance fondamentale se continue insensiblement avec la substance intercellulaire fibrillaire du tissu conjonctif (fig. 73, c). C’est aussi surtout, comme cela a lieu dans tous les tissus de la substance conjonctive, la structure de la substance fondamentale qui constitue la caractéristique des diverses formes du tissu cartilagineux. Il y a lieu de distinguer: le cartilage hyalin, le fibrocartilage et le cartilage élastique.

Les cellules cartilagineuses subissent aussi fréquemment des modifications, par suite de la formation de gouttelettes de graisse. Mais en général cela n’a lieu que dans les formations âgées. Pour ce qui regarde la présence, dans la substance fondamentale, des fins canalicules qui procèdent des cellules cartilagineuses.

Cartilage hyalin                                                                                                                              Le cartilage hyalin (fig. 73) possède une substance fondamentale homogène ; à l’œil nu, il affecte une coloration blanchâtre ou faiblement bleuâtre ; sur de minces coupes il paraît transparent. Les capsules différenciées aux dépens du protoplasme cellulaire, et dont nous avons parlé précédemment, sont manifestement disparues. C’est la forme de tissu cartilagineux la plus répandue ; c’est elle en outre qui constitue le point de départ des autres formes de ce tissu.

A la suite de l’apparition de sels calcaires dans la substance fondamentale du cartilage hyalin, se forme le cartilage calcifié, tissu qui par sa consistance peut rivaliser avec le tissu osseux, mais qui en diffère par sa fragilité plus considérable. Les sels calcaires apparaissent d’abord sous forme de très fines granulations, qui rendent plus opaque la substance fondamentale. Il se forme progressivement aux points qui se calcifient des granulations plus grossières, qui finissent par se fusionner, de telle sorte que les cellules cartilagineuses se trouvent entourées de toutes parts par une substance complètement imprégnée de sels calcaires. Par l’action des acides, les sels de chaux se dissolvent et la substance intercellulaire apparaît alors sous la forme qu’elle affectait précédemment. L’union des sels de chaux avec la substance fondamentale du cartilage ne doit donc pas être considérée comme une simple inclusion mécanique.

Voir également  Différenciation de l’ébauche

La calcification du tissu cartilagineux est un phénomène préalable à l’ossification. La transformation directe du cartilage en tissu osseux ne se produit, en effet, que rarement. La calcification est un phénomène très répandu, qui se manifeste comme un signe de vieillesse du cartilage.

Fibro-cartilage

Le fibro-cartilage présente une texture variable en rapport avec la diversité de son origine. Il existe une forme de fibro-cartilage qui naît par transformation de la substance fondamentale d’un cartilage hyalin. Elle est caractérisée par l’existence de fibres finement striées ou de fibrilles plus grossières. L’on ne sait pas bien positivement quelle part prennent à ces formations fibrillaires les cellules cartilagineuses; il semble toutefois qu’elles n’y participent pas directement. Cette forme de tissu fibro-cartilagineux se rencontre en des régions plus ou moins étendues d’un cartilage hyalin homogène, avec lequel elle se continue sans ligne de démarcation tranchée.

D’autre part, on trouve de nombreuses transitions entre le fibro-cartilage et le tissu conjonctif proprement dit, et tout particulièrement le tissu conjonctif condensé. Dans ce cas ce tissu ne se rapproche du * tissu cartilagineux que par la forme de ses cellules. Toutes ces formes de transition indiquent les liens de parenté qui existent entre le tissu cartilagineux et le tissu conjonctif proprement dit.

Cartilage élastique.                                                                                                                         Enfin, nous devons encore signaler le cartilage élastique, qui est caractérisé par l’existence, dans sa substance fondamentale, de réseaux de fibres élastiques plus ou moins délicates. C’est à cause de la présence de ces réseaux qu’on désigne aussi ce tissu sous le nom de cartilage réticulé (fig. 74). Grâce aux fibres élastiques qu’il renferme, ce tissu prend une coloration jaunâtre: de là le nom de cartilage jaune qu’on lui donne parfois.

En ce qui concerne la genèse des fibres élastiques de ce tissu, nous renvoyons à ce que nous avons dit au sujet du tissu conjonctif élastique.