Os du carpe

 

Le squelette du carpe se constitue de deux rangées de pièces osseuses, petites et de formes diverses. Elles présentent des surfaces articulaires, à l’aide desquelles elles s’articulent d’une part entre elles, d’autre part avec l’avant-bras et enfin avec le métacarpe.

La disposition en rangées des os du carpe correspond à un état déjà très modifié; dans sa forme primitive, dont on retrouve encore des traces chez l’homme, le carpe pré-, sente, entre les rangées transversales d’os, une paire de pièces osseuses, que l’on désigne, en raison de leur situation, sous le nom d’os centraux. Ces pièces sont représentées par un seul os central, qui s’avance progressivement vers le bord radial du carpe. Chez beaucoup de mammifères, il occupe encore une position vraiment centrale et est articulé avec tous les autres éléments osseux du carpe (Chiromys).

Chez l’homme son ébauche cartilagineuse apparaît encore dans le cours de l’ontogénie; mais cet élément s’atrophie plus tard et ce n’est que dans des cas exceptionnels qu’il arrive à son complet développement. A la suite de la disparition du central, les os permanents du carpe se disposent en deux rangées.

La rangée proximale des os du carpe comprend trois os, que l’on désigne d’après leur position sous les noms respectifs de radial, intermédiaire et cubital. Chez l’homme on leur a donné des noms spéciaux, en rapport avec leur forme; nous les ferons connaître plus loin.

Dans la rangée distale existent quatre pièces osseuses. Les trois premières d’entre elles, comptées à partir du bord radial, portent chacune un os du métacarpe; la dernière en porte deux. Il y a des raisons pour admettre que le dernier os de la rangée distale du carpe représente en réalité deux os, de sorte qu’il existe en fait cinq os carpaux distaux.

Nous pouvons en effet considérer le quatrième os carpal de la rangée distale comme représentant les quatrième et cinquième os carpaux de cette rangée.

Rangée proximale.

RADIAL OU SCAPHOÎDE (Radiale, Naviculare)

C’est l’os le plus volumineux de cette rangée. Il possède du côté proximal, dans sa moitié cubitale, une surface articulaire convexe. Sa face articulaire distale, concave, se dirige obliquement vers le haut, du côté cubital du carpe, de sorte que son bord cubital ne représente qu’une très petite surface, qui s’articule avec l’os intermédiaire ou semi-lunaire. La partie radiale de l’os est, du côté proximal, un peu échancrée; du côté distal, elle est pourvue d’une surface articulaire disposée à peu près transversalement et qui arrive à peine à la face dorsale du carpe. Cette surface articulaire s’articule avec les deux premiers os de la rangée distale (trapèze et trapézoïde).

Cette partie distale du scaphoïde présente de très grandes variations dans son développement. Ces mêmes variations se répercutent sur les parties correspondantes du trapèze et du trapézoïde. C’est entre le scaphoïde et ces deux premiers os de la rangée distale que se trouve l’ébauche du central, qui finit par se fusionner avec le scaphoïde (LEBOUCQ).

INTERMÉDIAIRE OU SEMI-LUNAIRE (Intermedium, Lunatum)

Vu de face, il a une forme semi-lunaire; il présente en effet sur surface proximale une surface articulaire convexe et sur sa face distale une surface articulaire concave. La première s’applique contre une facette articulaire du radius; la dernière reçoit la tête du troisième carpal (grand os).

Voir également  Os de la voûte du crâne

Ses faces latérales sont planes et convergent un peu vers le bas. Sa face radiale est dirigée du côté du scaphoïde; sa face cubitale, du côté du cubital (pyramidal).

CUBITAL OU PYRAMIDAL (Ulnare, Triquetrum)

Il a la forme d’une pyramide triangulaire, dont la base présente une surface articulaire en rapport avec le semi-lunaire, et dont le sommet est dirigé vers le bord cubital du carpe. De ses trois faces latérales, la plus grande est un peu convexe; elle est dorsale et regarde en même temps du côté proximal. Elle présente une petite surface articulaire, étendue vers le bord de la base de l’os et dirigée du côté de la tête du cubitus. La face palmaire offre, du côté cubital, une facette articulaire, à peu près plane, qui s’articule avec le pisiforme. La face distale enfin possède la plus grande surface articulaire; elle est dirigée vers le quatrième os carpal (os crochu).

Le pisiforme est un os arrondi ou un peu allongé, qui se trouve en dehors du carpe et ne s’articule qu’avec le pyramidal. Il est logé dans le tendon terminal du muscle cubital antérieur (m. ulnaris internus).

Rangée distale.

CARPAL ou TRAPÈZE (Trapezium, Multangulum majus)

Cet os, allongé transversalement, arrive au bord radial. Sa face terminale distale a la forme d’une selle et s’articule avec le métacarpien du pouce. Sa face proximale, beaucoup moins développée, s’articule avec le scaphoïde. Sa face latérale cubitale, dirigée obliquement, est pourvue d’une surface articulaire en rapport avec le deuxième carpal (trapézoïde). Elle présente en outre, plus bas, une deuxième facette articulaire, plus petite, qui s’articule avec la base du deuxième métacarpien. Sur sa face palmaire se trouve une courte gouttière, dans laquelle glisse le tendon terminal du muscle grand palmaire (m. radialis internus). Cette gouttière est délimitée du côté radial par une tubérosité.

CARPAL ou TRAPÉZOÏDE (Trapezoides, Multangulum minus)

Cet os, qui est le plus petit des os du carpe, ressemble à une pyramide quadrangulaire, dont la base est formée par sa face dorsale, et dont le sommet tronqué est, au contraire, formé par sa face palmaire. Sa petite face proximale constitue avec la face proximale du trapèze une cavité de réception, peu profonde, destinée à s’articuler avec la face distale du scaphoïde. Sa face radiale s’articule avec le trapèze; sa face cubitale est divisée par une dépression en deux facettes articulaires, qui se mettent en rapport avec le troisième carpal (grand os). Sa face distale, la plus étendue, a la forme d’une selle aplatie et porte le deuxième métacarpien.

CARPAL OU GRAND os (Capitatum, Os magnum).

C’est le plus grand os du carpe. Du côté proximal il fait saillie à l’aide d’une tête articulaire volumineuse. La surface de la tète est convexe du côté radial et se trouve reçue dans une cavité de réception formée par le scaphoïde et le semi-lunaire. Du côté cubital la tête est nettement coupée et s’articule par cette face avec le quatrième carpal (os crochu). Le restant de la face cubitale, dirigé vers ce même os, est rugueux. Par contre, l’extrémité distale de la face radiale de l’os présente deux facettes articulaires, qui se mettent en rapport avec le deuxième métacarpien. La face terminale distale du grand os est divisée en deux facettes, dont la plus grande porte le troisième métacarpien et la plus petite, placée obliquement par rapport à la précédente, s’applique contre une partie du deuxième métacarpien. La face dorsale de l’os étant bien développée du côté distal, tandis que sa face palmaire l’est beaucoup moins, il en résulte que les faces latérales de l’os convergent vers la paume de la main. L’os prend ainsi la forme d’un coin, qui intervient pour une part considérable dans la formation de la convexité du dos du carpe.

Voir également  Articulation temporo-maxillaire

CARPAL (4E et 5e), Os CROCHU (Hamatum, Uncinatum)

L’os crochu a la forme d’une pyramide quadrangulaire à sommet proximal et à base distale. Sa base porte une surface articulaire, divisée en deux facettes, qui forment un angle entre elles et destinées à s’articuler avec le quatrième et le cinquième métacarpien. Des faces latérales, la face radiale présente, du côté proximal, une grande surface articulaire, et du côté distal, vers la base de l’os, une plus petite surface; elles se mettent en rapport avec le grand os.

La face latérale cubitale est au contraire appliquée contre une surface légèrement concave du pyramidal. De la face palmaire de l’os part une forte apophyse, dirigée vers le bas et désignée sous le nom d’apophyse unciforme (hamulus) (fig. 214).

Au moment de la naissance les os du carpe sont encore complètement cartilagineux. L’ossification, qui est endochondrique, commence dans le grand os, pendant la première année de la vie. Elle s’accomplit ensuite dans l’os crochu, puis successivement dans le pyramidal, le semi-lunaire, le scaphoïde et le trapézoïde, à des intervalles de neuf mois à un an; le noyau d’ossification, qui apparaît vers la huitième année dans le trapèze, termine la série. Ce n’est que vers l’âge de douze ans que commence l’ossification du pisiforme.

Conclusion

La disposition des os du carpe présente des particularités dignes d’attirer notre attention. La face dorsale des os de la rangée. distale est plus étendue que leur face palmaire. Le rapport inverse se trouve réalisé pour les os de la rangée proximale. La face dorsale de ces derniers est diminuée au profit de leur face terminale proximale.

Grâce au développement de la face dorsale de la plupart de ses os, le carpe présente une convexité dorsale et une concavité palmaire. Il en résulte que la disposition des os du carpe est arciforme. La concavité de l’arc n’est pas obtenue, pour les os de la première rangée, par extension de leur face dorsale, mais surtout par la saillie palmaire du scaphoïde et du pisiforme. La rangée distale intervient dans la constitution de cet arc, grâce à la forme en coin du trapézoïde et du grand os (voir fig. 214) ; enfin la convexité de l’arc est augmentée par l’existence à la face palmaire, tant au bord radial qu’au bord cubital, de saillies importantes. Ces saillies appartiennent, d’une part, au trapèze, et, d’autre part, à l’os crochu (apophyse unciforme).

Le carpe présente donc une gouttière palmaire, aplatie à son origine et qui va en s’approfondissant du côté distal, gouttière qui se prolonge même à la face palmaire des métacarpiens. Cependant, grâce à ce fait que l’articulation du premier métacarpien avec le trapèze se fait non seulement à l’extrémité terminale de ce dernier, mais un peu en dehors ; grâce aussi à ce que le cinquième métacarpien s’articule obliquement avec l’os crochu, la prolongation de la gouttière palmaire sur le métacarpe se modifie de telle sorte que cette partie de la main présente une dépression palmaire plus large que dans la région du carpe.

Cette disposition est en connexion intime avec les mouvements delà main et des doigts. La gouttière du carpe loge les tendons des muscles fléchisseurs des doigts et dans la concavité palmaire du métacarpe se trouvent disposés des groupes de muscles. L’extension dorsale de la face terminale proximale des os de la rangée proximale du carpe est également en rapport avec les mouvements de la main. Ces faces terminales forment dans leur ensemble une tête articulaire ellipsoïdale qui s’articule avec le squelette de l’avant-bras. Moins les deux axes de cette tête diffèrent par leur longueur, plus la surface articulaire se rapproche de la forme sphéroïdale, et, par conséquent aussi, plus les mouvements deviennent libres.

Voir également  Os de la base du crâne

L’extension de la surface articulaire dans la direction du petit axe de l’ellipsoïde a donc une grande importance pour la mobilité de la main. Or, nous voyons précisément la surface articulaire proximale du carpe s’accroître dans la direction de son petit axe, et cela du côté de la face dorsale qui est plus favorable à cette extension que la face palmaire, attendu qu’elle est convexe, tandis que la face palmaire forme une gouttière peu favorable au développement du petit axe de la surface ellipsoïdale.