Articulation des os de l’avant-bras entre eux et avec l’humérus

Please wait while flipbook is loading. For more related info, FAQs and issues please refer to DearFlip WordPress Flipbook Plugin Help documentation.

 

Les dispositions réalisées dans les articulations des deux ‘os de l’avant-bras avec l’humérus sont en rapport avec le double mouvement du radius. De même que le cubitus, le radius peut exécuter des mouvements d’extension et de flexion. L’articulation du coude fonctionne alors comme ginglyme. Cependant la rotation du radius a déterminé dans cette articulation des dispositions spéciales. Aussi, en ce qui concerne le radius, l’on a affaire à une trocho-ginglyme. Cette dernière ne comprend donc qu’une partie de l’articulation ; c’est la ginglyme qui en représente la partie principale. Nous avons à distinguer : l’articulation des deux os de l’avant-bras avec l’humérus, pour laquelle il n’existe qu’une seule cavité articulaire; ensuite les dispositions qui, dans cette articulation, sont propres au radius et au cubitus, et enfin les moyens d’union entre le radius et cubitus en dehors de cette articulation.

ARTICULATION DU COUDE

Elle comprend : l’articulation humèro-cubitale ; l’articulation huméro-radiale, l’articulation radiocubitale supérieure. Dans la première, l’humérus s’articule avec le cubitus ; la grande échancrure sigmoïde du cubitus reçoit la. trochlée de l’humérus (fig. 208). Cette articulation sert de compensation à l’articulation huméro-radiale, qui est plus libre. C’est le cubitus qui joue le rôle principal dans l’articulation des os de l’avant-bras avec l’humérus et c’est ce qui a rendu le radius plus indépendant.

Les mouvements (extension et flexion) sont limités par les apophyses qui délimitent la grande échancrure sigmoïde. Pendant l’extension, l’olécrâne s’engage dans la cavité olécrânienne de l’humérus. Pendant la flexion, l’apophyse coronoïde est reçue dans la cavité coronoïdienne.

Dans l’articulation huméro-radiale, la cupule de la tête du radius glisse sur le condyle de l’humérus et peut exécuter des mouvements de rotation et des mouvements angulaires. Pendant les mouvements angulaires, l’os suit la direction que prend le cubitus dans l’articulation précédente. Comme la trochlée humérale est obliquement placée, les os de l’avant-bras pendant l’extension et la flexion exécutent des mouvements hélicoïdaux. Pendant la flexion l’avant-bras se porte en haut et en dedans, tandis que pendant l’extension il se porte en bas et en dehors.

Dans l’articulation radio-cubitale supérieure, la bordure articulaire de la tête du radius glisse, pendant la rotation du radius, dans la petite cavité sigmoïde du cubitus. Ces trois articulations sont entourées par un ligament capsulaire unique et elles possèdent une cavité articulaire commune. A l’humérus, la capsule est insérée plus haut en avant et en arrière que sur les côtes. En arrière elle s’insère au-dessus de la cavité olécranienne; en avant, au-dessus des cavités coronoïdienne et sus-condylienne. A droite et à gauche, l’insertion de la capsule se fait dans le voisinage immédiat des surfaces articulaires, encroûtées de cartilage, de l’humérus. Cette disposition est en rapport avec le mouvement angulaire que les deux os accomplissent ensemble.

Le ligament capsulaire s’insère d’autre part au col du radias de sorte qu’l entoure la tête de cet os. Au cubitus, il prend insertion en avant à l’apophyse coronoïde; de là il se continue sur l’olécrâne, où il s’insère immédiatement en arrière du bord de la grande cavité sigmoïde. Il descend ensuite en dehors et entoure la petite cavité sigmoïde. En avant et en arrière la capsule est lâche. Il en est ainsi pendant la demi-flexion de l’avant-bras. Pendant l’extension complète elle est tendue en avant; elle est, au contraire, tendue en arrière dans la flexion complète de l’avant-bras. Pendant ces mouvements extrêmes, elle est appliquée intimement contre les faces correspondantes de la cavité articulaire.

Voir également  Os lacrymal ou unguis

En dedans et en dehors existent de puissants ligaments de renforcement. Le ligament latéral interne (lig. accessorium mediale) nait de la partie inférieure de l’épitrochlée et s’étend en éventail jusqu’au cubitus. Ses couches superficielles se dirigent en avant sur le côté de l’apophyse coronoïde, ses couches profondes vont loin en arrière s’insérer à la face interne de l’olécrâne. Les fibres postérieures de ce ligament présentent leur maximum de tension pendant la flexion, les fibres antérieures, pendant l’extension de l’avant-bras.

Le ligament latéral externe (ligamentum accessorium,laterale) nait d’une fosse située en arrière du condyle de l’humérus. Il ne se porte pas directement sur le radius, mais sur le ligament annulaire du radius (lig. annulareradii) (fig. 209, A et B), qui entoure la tête du radius et qui est aussi fixé à la capsule articulaire. Ce ligament annulaire part du bord .postérieur de la petite cavité sigmoïde du cubitus et se porte autour de la tête du radius, pour aboutir au bord antérieur de la petite cavité sigmoïde, en dehors de l’apophyse coronoïde. n complète ainsi la petite cavité sigmoïde et fixe intimement dans cette cavité la tête du radius. Il présente une surface de glissement pour la rotation de la tête du radius.

L’ARTICULATION RADIO-CUBITALE INFÉRIEURE a lieu entre la surface articulaire du bord externe de la tête du cubitus et l’échancrure cubitale du radius. Un ligament capsulaire entoure l’articulation, mais il s’unit avec une pièce cartilagineuse triangulaire, qui est fixée en dedans au radius et qui prolonge la face terminale de cet os dans cette direction. Un cordon ligamenteux fixe le fibro-cartilage triangulaire (cartilago triangularis) (fig. 210, c. tr.) à l’apophyse styloïde du cubitus. Pendant la rotation du radius non seulement son échancrure cubitale glisse sur le bord externe de la tête du cubitus, mais le cartilage triangulaire glisse également sur la face terminale de l’extrémité distale de cette [tête. Il résulte de cette disposition que la tête [du cubitus n’arrive pas en contact avec la main et que cette dernière s’articule exclusivement avec le radius, de telle sorte que les mouvements de rotation de ce dernier s’expriment par des mouvements de rotation de la main.

A ces mouvements rotatoires du radius participent donc, d’une part deux parties différentes de l’articulation du coude, et l’articulation radio-cubitale inférieure d’autre part. L’axe de rotation est une ligne, dont l’extrémité proximale est située au centre de la cupule de la tête du radius, son extrémité distale coïncidant avec le point d’union du cartilage triangulaire à l’apophyse styloïde du cubitus. La partie proximale de cet axe passe donc seule dans le radius ; cet axe traverse ensuite la membrane interosseuse et enfin l’extrémité distale du cubitus.

Les deux os de l’avant-bras sont en outre réunis par le ligament ou membrane interosseuse (membrana interossea antibrachii). C’est une membrane aponévrotique qui s’insère aux crêtes interrosseuses du radius et du cubitus et se continue avec le périoste de ces deux os.

C’est la réminiscence de la juxtaposition immédiate primitive des deux os, telle qu’elle existe chez les vertébrés inférieurs. C’est une masse fibreuse transformée en une membrane par suite de l’écartement progressif des deux os. Dans cette membrane les faisceaux fibreux ont une direction oblique. Du côté proximal, elle commence généralement au-dessous de la tubérosité bicipitale; du côté distal, elle n’arrive pas non plus jusqu’à l’extrémité de l’espace interosseux.

Voir également  CONSTITUTION DES PARTIES DU SQUELETTE

La rotation externe (supination) du radius peut être limitée par un cordon tendineux, étendu obliquement de la tubérosité cubitale du cubitus au-dessous de la tubéité bicipitale du radius. On le désigne sous le nom de ligament de Weitbrecht (chorda transversa) (fig. 209, A et B). Il fait souvent défaut ou bien n’est que peu marqué.