Articulation astrogalo-calcanéo-scaphoïdienne

Please wait while flipbook is loading. For more related info, FAQs and issues please refer to DearFlip WordPress Flipbook Plugin Help documentation.

Cette articulation en comprend en réalité plusieurs, qui accomplissent ensemble une seule et unique fonction – Elle comprend l’articulation astragalo-calcanéenne et l’articulation astragalo-scaphoïdienne.

L’ARTICULATION ASTRAGALO-CALCANÉENNE (art. talo-calcanea) se divise en deux parties séparées l’une de l’autre par le sinus du tarse : l’une est postérieure, l’autre antérieure. Cette dernière forme une seule articulation avec l’articulation astragalo-scaphoïdienne. L’articulation postérieure a lieu entre les surfaces articulaires postérieures de l’astragale et du calcanéum.

La surface articulaire convexe du calcanéum représente approximativement une partie de la surface d’un cône, obliquement dirigée; elle glisse dans la large gouttière formée à la face inférieure du corps de l’astragale par la surface articulaire postérieure de ce dernier, gouttière qui est également dirigée obliquement de dehors en dedans et un peu d’avant en arrière. La capsule, notablement plus lâche en arrière et en dehors, est fixée au pourtour des surfaces articulaires et présente un ligament de renforcement externe, le ligament astragalo-calcanéen externe (lig. talo-calcaneum latérale) (lig. 249). Un ligament de renforcement antérieur est constitué par le ligament astragalo-calcanéen interosseux (lig. talo-calcaneum interosseum) qui traverse le sinus du tarse. Cet appareil ligamenteux établit une union intime entre les deux os; il est toutefois disposé de telle sorte qu’il leur permet une certaine mobilité. Il consiste en une partie externe superficielle et une partie interne, formée généralement par deux ligaments croisés. Il existe en outre un ligament astragalo-calcanéen postérieur (lig. talo-calc. posticum), qui s’insère, d’une part, à un tubercule délimitant en dehors la gouttière du long fléchisseur du gros orteil et, d’autre part, à la face supérieure du calcanéum (fig. 246).

L’axe du mouvement exécuté par l’ARTICLLATION ASTRAGALO-CALCANÉO-SCAPHOÏDIENNE part de la partie antérieure du bord supérieur de la tête de l’astragale, traverse cette dernière, croise le sinus du tarse pour pénétrer enfin dans le calcanéum, où il se termine en arrière du point d’insertion du ligament astragalo-calcanéen externe. Cet axe est donc oblique. La flexion (flexion dorsale) du pied, qui est exécutée par cette articulation, a pour conséquence l’abduction et la pronation du pied, tandis que l’extension détermine l’adduction et la supination du pied.

Pour ce qui regarde la pronation et la supination, il faut tenir compte de ce que nous avons dit. L’articulation calcanéo-cuboïdienne participe également à ces mouvements, en ce sens que, pendant la supination et l’adduction, le cuboïde glisse vers le bas sur le calcanéum, tandis qu’il se meut vers le haut pendant la pronation et l’abduction. Le ligament astragalo-calcaneen externe est uni, à son point d’insertion au calcanéum, au ligament péronéo-calcanéen (comparer fig. 217 et 249); mais il se sépare de ce dernier, se dirige en avant et en dedans, et va s’insérer au-dessous de la surface articulaire externe de l’astragale, où il se confond généralement avec le ligament péronéo-astragalien antérieur.

Le ligament astragalo-calcanéen interosseux forme parfois, dans sa partie postérieure, située dans la profondeur de la gouttière du sinus du tarse, un cordon unique ; il présente aussi de nombreuses variations. Quand il est constitué par les deux ligaments croisés, mentionnés plus haut, alors le plus postérieur d’entre eux part du calcanéum et court obliquement en avant et en haut pour se rendre à la face externe de la tête de l’astragale. L’autre ligament croisé part, en dehors du précédent, du bord antérieur de la surface articulaire du calcanéum et monte obliquement en dedans, pour aller s’insérer en avant de la surface articulaire de l’astragale. La partie superficielle du ligament astragalo-calcanéen interosseux est formée par plusieurs ligaments, qui naissent du calcanéum, à l’entrée du sinus du tarse, et convergent vers la face externe de la tête de l’astragale, où ils s’insèrent en arrière de l’articulation astragalo-scaphoïdienne (fig. 247). Le s faisceaux postérieurs se dirigent obliquement en avant; les faisceaux antérieurs sont dirigés plus transversalement. Cette partie superficielle du ligament astragalo-calcanéen interosseux appartient aux ligaments dorsaux du tarse. La direction oblique de ces ligaments est nécessaire aux mouvements de rotation du pied dans l’articulation astragalo-calcanéo-scaphoïdienne. On trouve aussi un ligament astragalo-calcanéen interne (lig. talo-calcaneum mediale); c’est un mince cordon, qui va de l’extrémité postérieure de la petite apophyse du calcanéum à l’astragale et qui délimite partiellement la gouttière du long fléchisseur du gros orteil.

Voir également  Palatin

La partie antérieure de l’articulation astragalo-calcanéenne est unie à l’articulation ASTRAGALO-SCAPHOÏDIENNE. La tête articulaire de l’astragale est reçue dans la surface articulaire proximale, concave, du scaphoïde. Cette cavité de réception, grâce au ligament calcanéo-scaphoïdien plantaire, encore appelé ligament plantaire interne (lig. calcaneo-naviculare plantare), s’étend jusqu’au calcanéum. Ce ligament, dont la surface est revêtue de cartilage, complète, en effet, la cavité de réception, dans laquelle se meut la tête de l’astragale. Il n’est pas rare qu’il renferme un os sésamoïde.