CAMPAGNES EXPERIMENTALES DE DEPISTAGE ORGANISE DES CANCERS DU COL DE L'UTERUS CHEZ LES FEMMES EN SITUATION MEDICO-SOCIALE DEFAVORISEE

Compte tenu de la gravité des cancers du col actuellement observés (50 % de mortalité) (1) et de leur prévalence chez les femmes ne bénéficiant pas d’un dépistage cytologique (le plus souvent en situation médico-sociale défavorisée) (2), l’Association ARCADES organise depuis 2001 des campagnes expérimentales de dépistage dans des arrondissements de la ville de Marseille comportant une proportion importante de femmes en situation précaire.

Résultats de 5 campagnes de dépistage organisé des cancers du col chez les femmes non participantes individuellement.


En France le dépistage des cancers du col utérin est individuel ; la couverture de la population (±65%) a entraîné une nette réduction de l’incidence et de la mortalité. Cependant actuellement ces décroissances stagnent entrainant la persistance de 3000 cas et de 1000 décès annuels.  Les femmes non- participantes sont essentiellement dans les populations les plus vulnérables.

Pour accroître les taux de participation et ainsi diminuer incidence et mortalité, l’association Arcades a organisé à Marseille, de 2001 à 2011, 5 campagnes utilisant à chaque fois de nouveaux moyens pour réduire les freins identifiés.

Les populations ciblées sont les femmes de 25-65 ans des quartiers à fort taux de précarité ou émargeant à la CMU-C et n’ayant pas réalisé un frottis cervical depuis plus de 2 ans.

Les campagnes utilisent l’invitation individuelle et le frottis gratuit. La 2ème a ajouté un plus grand nombre de centres de prélèvement et une relance d’invitation, la 3ème des réunions d’information de quartier, la 4ème et la 5ème l’utilisation d’autotests gratuits pour l’identification des Virus Papilloma Humains. Ces deux dernières campagnes intéressent des femmes de 35-65 ans dans deux populations de niveaux socio-culturels différents et ont chacune fait l’objet d’un essai randomisé comparant l’invitation au frottis à l’autotest envoyé à domicile.

Les taux de réalisation des frottis ont été pour les 3 premières campagnes : 1,6%, 2,5% et 6,9% ; ceux des 4èmeet 5ème sont de 7,3% et 2% et ceux des autotests de 26,3% et 18,3%.

Les taux de détection de lésions de haut grade ou cancer dans la 4ème campagne sont de 0,7‰ pour les frottis et 1,4‰ pour les autotests (p = 0,02) et dans la 5ème de 0.2‰ et 1.25‰ (p=0.01).

Chez les femmes non participantes au dépistage individuel l’organisation augmente peu la participation. L’autotest est un peu mieux accepté, cependant la non réalisation d’examen complémentaire en cas de positivité réduit fortement le bénéfice.